Envie #290 : L’accouchement…mon aventure et mes petits conseils !

accouchement

Ca y est, je suis devenue maman d’une jolie petite princesse ! L’accouchement ne fut pas de tout repos. Si certaines femmes ont un accouchement idéal, je n’ai malheureusement pas eu cette chance. Je crois avoir cumulé quasiment tous les problèmes que l’on peut rencontrer pendant un accouchement. Ce fut éprouvant pour moi, pour la petite puce mais aussi pour mon Amoureux.

Retour sur cet évènement qui a bouleversé nos vies pour toujours… <3

Ce que j’aurai aimé savoir avant d’accoucher

Bien que j’ai suivi tous les cours dispensés par la sage-femme, il y a des choses qui n’ont pas été abordés pendant ces cours et que j’aurai bien aimé savoir avant d’accoucher.

  • J’aurai aimé savoir qu’il existe un “faux travail”, je ne savais pas du tout que cela existait. Aucune de mes amies n’ayant eu de faux travail, j’ai été vraiment surprise quand cela m’est arrivée. Je me suis réveillée dans la nuit de samedi à dimanche (un jour après mon terme) vers 4h du matin, j’avais des contractions. Comme c’étaient les premières depuis ma grossesse, je pensais que cela annonçait l’arrivée imminente de ma princesse…et bien non. Mes contractions ont été régulières entre 4h et 8h du matin. Puis elles ont commencé à diminuer pour se terminer à 10h. Ensuite plus rien de toute la journée. J’ai essayé de marcher pour réactiver le schmilblick mais sans effet…
  • J’aurai aimé savoir que quand la poche des eaux se perce, on ne perd pas les eaux en une seule fois puis terminé mais on les perds jusqu’à l’accouchement. Ma poche s’étant percée le mardi matin à 5h30, j’ai perdu les eaux pendant plus de 24h…Quand je me levais, je perdais du liquide, quand je m’asseyais, quand je marchais aussi. Pas de façon continue bien sûr mais par vague…un vrai petit escargot. Au début, j’étais gênée que les sage-femmes soient obligées de me changer et/ou de nettoyer derrière moi puis finalement on s’y fait…
  • J’aurai aimé savoir qu’un accouchement déclenché est, en général, beaucoup plus douloureux qu’un accouchement non déclenché. Quand on m’a dit, deux jours après mon terme, qu’on allait me déclencher mon accouchement à cause de ma tension élevée, j’ignorais ce qui m’attendait, que cela allait être long et douloureux. Je crois que si j’avais su, j’aurai insisté pour avoir un jour de plus de répit pour voir si ma petite puce n’allait finalement pas venir toute seule.

Les aprioris pré-accouchement

Je pense que, comme une grande partie des futures mamans, je me suis dit que j’allais essayé d’être au mieux pour le jour de mon accouchement, que j’allais garder ma dignité de femme et que je n’allais pas me laisser aller…

Je m’étais acheté un joli t-shirt pour la salle d’accouchement, j’avais prévu le mascara waterproof en cas de larmes, j’avais pris mon brumisateur, mon mini ventilo de poche, quelques lingettes…

Je pensais que j’aurai le teint pas trop verdâtre, que je serais pas trop mal coiffée, que je sentirais bon et que je serai un minimum en forme. Je pensais également que j’aurai honte que des inconnus regardent ce qu’il se passe en bas à longueur de journée, que j’aurai honte de me déshabiller et d’être nue pour faire du peau à peau avec ma fille, que jamais au grand jamais je me laisserai aller au moment d’accoucher (bien que cela soit impossible, si vous avez suivi les cours de sage-femme avant d’accoucher, vous apprenez très vite que cela est inévitable!). Bref on s’imagine tellement de choses…qui sont en fait bien loin de la réalité !

Je peux maintenant vous assurer que le jour J ou en tout cas pendant les longues heures que durent le travail et l’accouchement, vous n’aurez absolument plus rien à faire de votre look, de votre odeur, de vos cheveux en vrac, de votre teint pâlichon, de qui regarde votre intimité, de faire pipi ou autre, vous aurez tellement mal et/ou serez tellement concentré sur votre bébé qui va bientôt arriver que vous en oublierez toute votre pudeur et tous vos principes !

Mon accouchement

Je ne vais pas trop entrer dans les détails mais plutôt vous raconter dans les grandes lignes comment s’est déroulé mon accouchement.

Ayant une tension trop élevé et dépassé le terme de deux jours, j’ai finalement été déclenchée. Tout a commencé le lundi à 15h30 pour se terminer le mercredi à 9h19…autant vous dire que ce fut très long !

Je n’ai pas eu de contractions dès le début car il faut un peu de temps au produit pour faire effet. Mes contractions ont commencé le lundi soir à 21h et elles ont tout de suite été douloureuses. Je pensais qu’elles ne pourraient pas l’être plus…mais bien sûr, je me trompais ! Elles sont allées crescendo pour terminer en apothéose le mercredi matin juste avant d’accoucher. Pour calmer tout ça j’ai eu le droit dans la nuit de lundi à mardi à deux heures de morphine qui m’ont permis de dormir un peu puis ensuite plus rien à part du Spasfon autant vous dire que ça m’a fait le même effet que si l’on m’avait donné une sucette. La péridurale n’est venue que le mardi soir (bénédiction!!!) mais selon comment j’étais allongée cette dernière ne faisait pas effet partout, c’est à dire que je pouvais sentir le côté droit ou le côté gauche…pour finalement tout sentir au moment fatidique ! Et oui, je n’ai pas eu de chance, plus de liquide de péridurale juste au moment d’accoucher.

J’ai perdu les eaux le mardi matin vers 5h30, comme je vous le disais plus haut, ce fut le grand déluge et j’ai continué à perdre les eaux jusqu’à la fin, un véritable petit escargot ! La dilatation du col fut extrêmement longue. J’ai du marcher, prendre une douche chaude, faire du ballon pour accélérer le mouvement mais rien ne fut vraiment concluant sauf le ballon qui m’a un peu soulagé et qui a rendu les contractions plus régulières. Tout s’est vraiment déclenché dans les dernières heures vers 5h du matin le mercredi.

Nous voilà enfin au moment tant attendu. Je n’ai plus de péridurale, je souffre le martyre (pour la première fois, je me suis mise à pleurer tellement c’était insoutenable), je ne me suis pas lavée depuis 48h, j’ai le cheveux hirsute, des poches sous les yeux, le teint blafard, je suis fatiguée et pourtant il faut y aller. A ce moment, je n’ai plus du tout la notion du temps. Je ne sais pas du tout si cela a duré dix minutes ou une heure. Les poussées pompent les dernières ressources d’énergie jusqu’à ce que votre petit bout de chou pointe enfin le bout de son nez. Hallelujah !

Le moment est magique. Mon amoureux et moi versons quelques larmes, émus de la voir enfin après l’avoir espéré et imaginé pendant 9 mois !

Mes deux conseils : 1) dites oui à la péridurale ! J’appréhendais ce moment car on m’avait dit que c’était hyper douloureux et bien non ! Je n’ai quasiment rien senti. 2) n’hésitez pas à utiliser le ballon pour “soulager” vos contractions et les rendre plus régulières car pour moi ça a vraiment marché !

Quoi prendre pour la maternité ?

Les futures maman ont toutes une liste de la maternité sur ce qu’il faudra apporter pour le jour J pourtant il vous manquera toujours quelque chose. Voici ce que je vous conseille de mettre aussi dans votre valise :

  • des lingettes pour les longues heures de travail
  • des boissons sucrées sans bulles, sans pulpe et sans lactose. Impossible de manger quoique ce soit parce que l’on est fatigué et parce que l’on n’a pas le droit pourtant il vous faut de l’énergie et du sucre. Moi j’ai opté pour des jus type boisson aux cranberries ou les Evian aromatisées
  • un mini ventilo de poche pour se faire de l’air
  • un brumisateur pour se rafraîchir
  • un paréo, c’est pratique à mettre et à enlever que ce soit pour la salle d’accouchement ou pour l’après
  • un stick décongestionnant pour les yeux, pas besoin de vous dire pourquoi…
  • des sucettes pour bébé car dès la naissance les nourrissons ont l’instinct de succion, cela peut vous sauver la vie entre les biberons ou les tétés
  • des moufles au cas où votre bébé ait les ongles longs comme on ne peut pas lui couper avant les un mois cela peut s’avérer utile pour lui éviter de se griffer toute la figure
  • des vitamines pour reprendre des forces au plus vite et des gélules à la levure de bière pour contrer la chute des cheveux et les ongles mous post accouchement

Dans mon prochain article je vous parlerai de la phase “post-accouchement” so stay tuned !

Et vous quels sont vos conseils ou comment s’est déroulé votre accouchement ? N’hésitez pas à commenter mon article 🙂

Share Button

6 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *